femmes à tout faire

Ses cheveux plus noirs qu’une nuit d’hiver sont tressés en arrière

Des tresses bien  nouées comme la tradition le veut, elle  nous arrive de l’autre bout des frontières

Elle m’ouvre la porte avec au visage un sourire de bienvenue, me disant madame que puis- je vous faire

Elle me sert un café bouillant, très chaud comme vous l’aimez, me dit-elle, madame vous travaillez trop , de cet ordinateur vous devez vous en défaire

Et moi je me demande étonnée comment est-ce possible qu’elle croit que je suis mieux placée , sa besogne à elle est un sept sur sept, dans le foyer, elle est femme à tout faire  

 Elles vivent dans le silence d’un oui, le non ne fait pas partie du lexique qu’on leur a appris, elles sont soumises aux ordres , dépouillées  du primaire

Elles quittent leur pays, leur  maison, leurs enfants pour gagner leur vie là où leurs droits sont violés par des boureaux qui les achètent  sur catalogue aux enchères

Elles résident chez le patron en parrainage, un esclavage qui n’a pas de nom, un camouflage pour les exploiter encore et encore vue qu’elles sont étrangères

Disponibles à leurs employeurs du soir au matin, elles vivent dans la peur de l’expulsion pour une bêtise infime, légère  

Souvent enfermées à clefs toute la journée, elles prennent soin de la tenue de la maison, des enfants, des courses, promener le chien est leur affaire

 La nuit tombant, elles couchent dans une chambre exiguë ou sur un lit au balcon, c’est  inhumain de les punir pour un crime non justifié, juste parce qu’elles appartiennent à une race qui diffère

Et ce n’est pas tout, on leur jette un regard de dégoût, de mépris comme si elles appartenaient à une espèce inférieure, subordonnée, secondaire

Vous êtes très bonne madame me dit-elle en compliment, j’ai la chance d’être à la  disposition de votre famille si chère

Sûrement que je le suis,  le bien se récompense par le bien,  tu fais partie de la famille, viens on va aller promener  le chien pour se distraire

entre elle et lui

La dissemblance est tellement forte qu’on dirait que ces deux êtres  débarquent de deux planètes ennemies On se croirait dans un film fi...

seule avec ma solitude

« Non, je ne suis jamais seul avec ma solitude » chanta Moustaki Une chanson qui m’était inconnue mais m’a été introduite par u...

trente minutes

C’est jeudi, un tour de clef et me voilà sur le chemin de retour vers la montagne et ses blancs flancs Mon devoir, je le répète en brave  é...

tout recommencer

Dans le monde des caractères, il n’y a point de repère, la diversification des tempéraments est une loi génétique scientifiquement parlant ...

désarmée

Après une terrible souffrance telle la perte d’un enfant  Colère et culpabilité nous assaillent comme deux ombres nous accompagnant la ...

elle a frappé fort

Il a fait un temps de chien, hier le pays était mis à nu par une tempête diluvienne, un ouragan des plus fous Des pluies ininterrompues coupl...

bon appétit !!!

En route sur les sentiers de la vie, on s’expose à mon avis Au vent, à la poussière, à la pluie, à toutes sortes d’intempéries Comm...