ma maison

Crépuscule léger, bientôt le soleil va se lever
Dans le périple des pensées gravées sur les murs qui m’ont bercé
Au-delà de l’invisible, plus loin que l’humain, dans le secret
D’une nuit qui sommeille aux reflets irisés d’un bleu sur un blanc parsemés
Où navigue le sang clair aux murmures du vent, la plume se confie avec des mots discrets
 
J’entends mon cœur qui chavire à la simple idée
D’être dans l’obligation de partir vers l’ennemi, la cité
Pour quelques jours, quelques nuits, de ce bout de paradis, me retirer
A ma maison, je mets au soin  mon cœur affligé
Je reviendrai lorsque la brise et le brouillard seront plus légers
Raconter la plus belle des histoires, celle d’une maison, derrière une grille fermée
Qui a fait de mon clavier, une plume  à l’encre trempée
 
Aucun soucis, les vents contraires finiront par se calmer
Le prix de la liberté ne sera pas trop dur à payer
Il  est le moyen divin que la paix du ciel va régler
Prends bien soin de toi, des moutons, des pigeons, de ce que la nature a de plus vrai
Que la grâce du puissant te protège, toi maison bien aimée.

Write a Comment