janvier, accusé

Les hostilités qui encombrent le mois de Janvier
S’imprègnent d’un froid glacial dont la source est Décembre dernier
Janvier étant accusé, d’avoir planté, par sa violence préméditée
La terreur dans une nature à paysages attristés
Détrônant, bousculant le présent, insécurisant le futur par des revendications injustifiées
Semant le désordre dans l’univers, essayant par un feu de bois consumé, de se  faire justifier
Devant une cour suprême par un juge trôné
Qui ne cesse de rappeler à Janvier, l’ampleur des dégâts que ses mains souillées
Ont engendré, dans le sein d’une nature sévèrement malmenée
 
Face à Janvier, l’univers refuse la défaite et relance le dossier
L’âme guerrière, Février est convoqué
Ce dernier,  malgré sa douceur aux reflets printaniers
Ravale ses larmes avec fierté, défendant sa cause avec des armes appropriées
Il n’a rien à perdre, il a tout à gagner
 
Même dans la nature, le duel est parfois acharné
Mais la justice des cieux prône  toujours le bien qui sera récompensé
Par une victoire qui ne tardera pas à pointer son nez
Le printemps contre le froid est  très bien vacciné.

Write a Comment