la quête d’une étoile

Tourné, j’ai tourné le ciel étoilé,  sur mon passage les rivières se sont asséchées
Ma voix en décibels résonnait jusqu’au  mur du son qui fut dépassé
Le cœur en tambour battait, la trace de l’objet désiré ,  je recherchais
Et comme je n’avais pas fière allure, la lune se sentit concernée
La dame du ciel prit pitié de mes rires figés
Fit abattre ses lueurs argentées sur mon visage tourmenté
Chercher, c’est trouver me fit-elle constater
 
Le jeu de piste fut alors induit, initié
Par la sirène d’une chouette sur une branche perchée
Un chat botté fit de son mieux pour me seconder
Un lièvre dans une redingote de gris tacheté
Rejoint la bande, la chasse au trésor fut déclenchée
La grande muraille fut la première cible du plan concocté
Suivie par les pieds d’ une pyramide dans le sable coincée
La tour inclinée fut aussi visitée,  sur son conseil  il fallait fouiller
Du côte des  cyprès , peut être que le trésor sous un tronc  est enterré
Mains vides, la quête fut abandonnée, le parcours  tournait en cycle fermé
 
Parfois en cherchant trop loin, on risque de se perdre à jamais
Il y a des choses qui sont si près
Qu’on ne peut les retrouver que  dans le puits des pensées
A l’ abri, le trésor est là, dans le cœur , cajolé dorloté aimé
Ton  absence n’est qu’une illusion, ta présence  est une ombre veillant en toute fidélité
 Ce manque je le combattrai par la patience , qui de ton bleu est toujours teintée , ta sagesse ce soir est doublement recommandée.

Write a Comment