le vent du nord

Il souffle au nom de toutes les libertés
Emportant dans ses déplacements sa grisaille gelée
Le chant d’un ciel barbare de verglas enrobé
Le vent du nord les bras de neige chargés
Trace un chemin de blancheur saupoudrée
Caressant le fond des fontaines glacées
Pour le bien et le pire, ses yeux pleurant de froid en larmes versées
 
La nuit s’allume, et le vent demande à la lune argentée
D’allumer un feu par des mots sculptés
Dans un ciel blanc d’un papier plissé
Un tourbillon de sentiments allégés
Qui viennent réchauffer la blancheur d’un drap frigorifié
Au souffle d’une lune apaisant  le silence d’une solitude d’un lit improvisé
 
Ma solitude et moi, ne parlons que de toi, de tes yeux  drapés
De tendresse, douceur d’être transies sous une tuile de ton toit , noyées
Par le souffle de ta voix , toi le vent tourbillonnant par cette soirée
Froid dehors , chaud dedans , l’ encre emporte les larmes séchées
Par le seul mirage de ton ombre  retrouvée dans la paume des pensées , de nostalgie bercées .

Write a Comment