indissociables

Dans tout corps adulte vit un enfant, un petit matelot
Qui vogue en lui  comme un voilier sur l’eau
L’enfant rêveur vit en captivité, prisonnier d’un « ego »
L’ égocentrisme le  trépignant, le piétinant comme un bout de mégot
Inconsciemment, sans le savoir ni le vouloir, le petit  est réduit en cagot
Exclut, brimé, abandonné, malmené, l’enfant frisonne  comme un grelot
Un SOS lancé par le marin en détresse, matelot à l’eau
Enfant et adulte se noyent dans le tumulte d’un silence sans mots
 
L’ego, premier allié de nos malheurs, la goutte de trop
Fait déborder le vase, fait naître les conflits, les souffrances, les fardeaux
Parle un langage incompris par l’enfant, égal à l’argot
Langage basé sur des croyances, infligées par des doctrines qui sonnent faux
Culture et société  cultivent l’insécurité affective qui rongent la créativité infantile , la mettent à zéro
L’enfant se tait et ses émotions s’engouffrent aussitôt
La peur s’installe, coagule l’adulte qui se fige comme un caillot
 
Reconnaître  notre essence profonde est  un investissement à positifs échos
Vivons la spontanéité de l’enfant, qui en se libérant, libère l’adulte par défaut .

Write a Comment