sannine …. la visite

La montagne  vient frapper à ma porte
Bien décidée, mon ombre reçoit celle qui heurte  d’une main forte
Elle rentre, s’installe avec toute sa virilité, elle m’escorte
Vers le distant , le loin , elle me sublime, me transporte
Agrémente le vide de mes jours, revêt ma vie de joie en quelque sorte
 
Comme un petit pantin, je me livre en apnée à celle qui m’exporte
Vers des horizons lointains, abysses de mon cœur, abysses qui comportent
Toutes mes faiblesses, mes désirs, une cohorte
De détails d’ordre féminin, son silence m’exhorte
Silence persuadant que le souffle pâmé d’une femme reste sa douceur, cette prouesse extraforte
Ce complément de tendresse, cette caresse et tout le bien que ça rapporte
A celui qui détient entre ses mains le cœur d’une femme avenante, accorte
Espérant que la douceur efface les douleurs , montagne, c’est tout ce qui m’importe.

Write a Comment