au clair de lune

Quand la nuit se pose, le monde se repose
Sur un clair de lune bercée par une mélodie magique qui s’appose
Sur le duvet d’un oreiller pour se joindre au jardin des roses
En songe, le torrent de mots se transpose
A la lisière des visions, de la fiction frôlant la psychose
 
Nuit magique où l’histoire d’un jour tourne à l’amour entre les mots qui se superposent
Sur un clair de lune, à bon escient, les mots se métamorphosent
En ombres qui se prolongent dans le faste sanglant des fleurs qui éclosent
Deux à deux les mots enlacés coordonnent des sentences qui les disposent
A reproduire en duo ce que le cœur impose
Charmants propos qu’on avoue à demi-voix, je suppose
Blancheur d’un jour qui naît sur un échange sans garde –fous qui s’opposent
 
Et peut – être qui sait, sur l’aile d’une aube, les mots chantés en prose
Atteindront un front où des lèvres déposent
Le plus doux des baisers, ayant l’effet d’une « overdose ».

Write a Comment