sannine ….fraîcheur matinale

Dès les premières lueurs matinales, je me suis aventurée
A Sannine, près d’une maison, je me suis stationnée
Maison à dos meublé par les ondoiements teintés
D’une vigne …encore envahie par la pénombre…légère obscurité

Au matin, Sannine est toujours englobée
Dans une sorte d’humidité due à la rosée
Redonnant vie à tous les habitants de la contrée
Dégâts d’une nuit torride…. effacés.

Dans un coin, une goutte de rosée est venue caresser
La vulnérabilité satinée d’une fleur des prés
Humectant la fleur semi-morte…. blasée
La ranimant par l’effet d’un baiser …déposé
Sur les joues moites de la fiancée …par son bien aimé… visitée

La fleur, parmi ses sœurs, repris bientôt son arôme sucré
La larme du ciel était suffisante pour la propulser
Sa corolle se farda du rouge  pourpre ….habituellement porté
La fraîcheur l’engourdit d’une vigueur …ardeur accoutumée
La fleur était sauvée….énergie graduellement  retrouvée .

Write a Comment